Ca bouge avec le TEC !

Dans l’évolution vers une mobilité décarbonée et accessible à tous, les transports en commun ont un rôle majeur à jouer. Depuis le début de la législature, de gros efforts ont été consentis pour proposer aux Wallons un réseau de transport en commun amélioré, conforme à leurs besoins et aux différents usages (travail, loisirs, études, soins, courses, etc.).


Le renforcement et le redéploiement du réseau du TEC

Depuis 2019, l’offre du TEC a augmenté de pas moins de 10 %, avec notamment le déploiement d’un réseau de 28 lignes Express. Trois nouvelles lignes express seront lancées dès le 28 août.

Mais c’est tout le réseau du TEC qui est appelé à être redessiné d’ici fin 2030 : augmentation du nombre de lignes, adaptation des tracés, amélioration de la desserte des zones économiques, des écoles, des hôpitaux, meilleures complémentarités avec le train, le vélo et les trajets piétons, augmentation de l’amplitude horaire, de la fréquence, etc.

Dès le 1er août 2023, la première des 32 zones TEC à avoir été remaniée sera opérationnelle : il s’agit de la zone de Gembloux-Basse Sambre. A présent doté de 4 lignes express, 4 lignes principales, 2 lignes secondaires et 9 lignes scolaires avec en sus une ligne urbaine entre Namur et Temploux, le réseau local a été entièrement repensé avec un processus de participation des usagers, des collectivités locales et des citoyens. L’offre pour les trajets domicile-travail a été renforcée afin que le bus devienne une réelle alternative pour les travailleurs. Ainsi une nouvelle ligne Express (E85) relie à présent Tamines à Gembloux en passant par le PAE Créalys.

Toutes les infos sur :

Les prochaines zones qui seront redéployées sont Florenville (janvier 2024), Charleroi Nord-Ouest (mai 2024) et Ath (2025).  Vous voulez savoir comment se déroulent en pratique les différentes étapes du redéploiement d’une zone ?

L’offre à la demande du TEC

Un autre axe de développement du service des TEC concerne le transport à la demande. Ce dernier bénéfice d’un soutien spécial du Gouvernement afin de tester et mettre en œuvre des solutions de mobilité locales, flexibles et originales dans les zones moins denses ou les zones rurales.

Depuis cet été 2023, le TEC propose le service « TEC à la demande ».  Il est déjà opérationnel dans deux premières zones : Gembloux-Mazy-Sombreffe et Louvain-La-Neuve. Il vise à proposer des trajets collectifs entre certains lieux d’intérêt (comme une gare, un arrêt de bus, des zones commerciales) et plusieurs localités périphériques. Les réservations se font à partir d’une application, sans devoir être programmées longtemps à l’avance (maximum 7 jours et minimum 30 minutes avant le départ).

L’offre à la demande du TEC comprend aussi deux autres dispositifs en milieu rural :

  • FlexiTEC, qui est un service de mobilité en milieu rural, développé en partenariat avec les communes participantes. Il existe actuellement dans huit communes : Arlon, Hotton, Paliseul, Viroinval, Havelange, Durbuy, Rendeux et Tellin ;
  • Telbus, qui est un service de mobilité à la demande en province de Luxembourg. Il est disponible à Bastogne, Bertogne, Libramont-Chevigny, Sainte-Ode et Vaux-sur-Sûre.

La FGTB et la CSC soutiennent le développement des dispositifs de mobilité à la demande dans les zones rurales. Elles soulignent l’importance qu’ils soient opérés par l’opérateur de transports publics. A leur sens, il s’agit d’un service public capital à fournir dans les zones peu denses afin de permettre aux habitants de disposer de solutions de mobilité locales. Cette offre à la demande constitue un maillon indispensable pour permettre d’accéder aux transports en commun, notamment pour rejoindre une gare ou un arrêt de bus.