Newsletter n° 64 - Environnement


Cellules RISE et Mobilité du CEPAG

Mai 2024


Au sommaire du 64e numéro de notre lettre d’information, consacré à l’environnement :


La Wallonie lance un appel à projets « Biodiversité Entreprises » !

Les délégués peuvent encourager leur entreprise à participer !

Tu es sensibilisé en tant que représentant des travailleurs à la biodiversité ?

Tu penses que l’entreprise qui t’emploie pourrait mettre en place des actions afin de préserver voire développer la biodiversité ?

Tu crois qu’un coup de pouce financier (les subsides vont de 10 000 à 24 000 €) pourrait être à l’origine de changements bénéfiques pour la biodiversité, la concertation sociale et l’économie ?

Alors sois bien attentif à ce qui suit…

Le Service public de Wallonie – Agriculture, Ressources naturelles et Environnement lance un appel à projets visant à soutenir et améliorer les initiatives en matière de biodiversité dans le secteur des entreprises en 2024 et 2025.   Ce sera l’occasion de valoriser les efforts réalisés par les entreprises soucieuses de la préservation de la biodiversité et, par ce biais, de stimuler d’autres entreprises à adopter une démarche similaire.

L'objectif est d'encourager et de soutenir de façon directe des entreprises, des groupements d'entreprises et de leurs forces vives qui agissent en faveur de la biodiversité. 

Trois volets sont repris :  

  1. L’échelle des parcs d’activités économiques et autres zones d’activités. (max 24 000 € par projet)
  2. L’échelle de l’entreprise : bâtiment(s) et ses abords (max 10 000 € par projet)
  3. L’échelle de l’entreprise : dispositifs qui intègrent la biodiversité dans le fonctionnement des entreprises et dans leurs chaînes d'approvisionnement (max 15 000 € par projet)

Le premier volet concerne les espaces partagés par des entreprises qui peuvent être gérés par des intercommunales. Cela concerne les aménagements des bâtiments, les plantations qui ramèneront de la biodiversité.

Le deuxième volet concerne le développement de la biodiversité au niveau de l’entreprise. Cela peut concerner par exemple la politique d’achats, une révision du processus de production, la gestion des abords.

Enfin le troisième volet concerne le fonctionnement de l’entreprise plutôt au niveau de ses chaînes d’approvisionnement. Il s’agira par exemple de réaliser une étude pour mesurer les impacts d’actions telles que l’utilisation de produits différents moins nuisibles pour l’environnement, le bannissement des pesticides…

Le projet sera évalué selon différents critères :

  1. La plus-value écologique du projet : actions en faveur de la biodiversité qui auront des impacts positifs sur les espèces, les milieux, la pérennité du projet…l’aspect quantitatif y est important.
  2. La plus-value sociale : créer des groupes de travail, associer/sensibiliser les travailleurs et les délégations syndicales…sera un plus. Critère cher à la cellule RISE qui a particulièrement insisté pour que la concertation sociale soit prise en compte.
  3. L’appréciation générale du projet : construire une argumentation, planifier, proposer des budgets réalistes…

90 % des frais seront à charge du SPW, 10% à charge de l’employeur.

Comment peux-tu faire avancer ce type de projet au niveau syndical ?

Tu peux mettre le point en CPPT afin d’informer ton employeur que cet appel à projets existe et qu’il peut s’y inscrire pour être financièrement encouragé dans sa démarche. Afin de commenter le point tu peux t’appuyer sur la description du projet ci-dessus, sur l’article « la biodiversité, un enjeu syndical ? » et sur les liens listés ci-dessous et sur les exemples de délégations qui s’impliquent pour la biodiversité.

Attention le projet doit être rentré pour le 2 août 2024 au plus tard !

La biodiversité, un enjeu syndical ?

La destruction de la biodiversité est un enjeu tout aussi important, si pas plus, que les changements climatiques. Les scientifiques estiment que d’ici 20 ans, plus de 500 espèces animales auront disparu, soit autant que durant la totalité du XXème siècle et 32% des espèces de vertébrés voient leur population décliner. Globalement, un demi-million à un million d’espèces seraient menacées.

Le rôle de la biodiversité est souvent sous-estimé. En particulier, l’activité économique, et donc l’emploi, est complètement dépendante du fonctionnement des écosystèmes, que ce soit pour la production alimentaire, la fabrication des médicaments et des cosmétiques, les fibres textiles, le bois, le contrôle des maladies, la régulation du climat, la prévention des inondations, l’épuration des eaux, le traitement des déchets mais aussi la culture, le tourisme, etc.

La Belgique et la Wallonie sont particulièrement vulnérables aux risques liés à la perte de biodiversité du fait que notre économie est fortement intégrée dans les chaînes de valeur mondiales et européennes.

Elle contribue également fortement au développement de ces risques puisque 76% de l’empreinte écologique belge est liée à ses importations et affecte la biodiversité d’autres territoires et régions du monde.

Certains secteurs ressentent déjà de plein fouet les conséquences de la dégradation des écosystèmes, notamment par des augmentations de coûts et/ou des pénuries de matières premières.

C’est la raison pour laquelle, sur le plan syndical, nous estimons qu’il est fondamental de protéger la biodiversité tout autant que le climat afin d’accroître la résilience de l’économie et de protéger les emplois à terme.

Les entreprises peuvent agir en faveur de la biodiversité en revoyant leurs processus de production et leurs politiques d’achat, et également en posant des actes concrets sur les sites qu’elles occupent et sur les infrastructures dont elles font usage. Néanmoins, ces actions doivent s’inscrire dans une perspective de maintien et de création d’emplois durables, de formation des travailleurs et d’amélioration des conditions, du bien-être et de la santé au travail.

Retour au sommaire


 

Des délégués syndicaux qui s’engagent pour la biodiversité…

Quels points communs entre Pierre, Bernard, Marc, Luc, Roland, des délégués qui travaillent chez CRM, Total Energy One Tech et
Hesbaye Frost ?

Ils font tous partie du réseau de délégués actifs pour l’environnement, le « Rézo » me direz-vous, oui mais encore ?

Vous ne savez pas ?

Ils ont tous œuvré pour développer la biodiversité au sein de l’entreprise qui les emploie !

La délégation d’Hesbaye Frost et le trio gagnant entre une industrie agro-alimentaire, une coopérative d’agriculteurs et une association de protection de la nature.

Hesbaye Frost est une entreprise spécialisée dans la conservation de légumes. Elle est située en Hesbaye, au cœur de la réserve naturelle du Haut Geer entre Hannut et Waremme et emploie environ 300 travailleurs.ses.

Perdue au milieu des champs, c’est l’entreprise que nous avons visitée le plus grand nombre de fois lors de diverses formations RISE. Quel plus bel exemple pourrait-on relater que celle de cette symbiose industrielle entre une entreprise agro-alimentaire, une coopérative agricole et une association de défense de l’environnement. Tout commence dans les années 80, quand Hesbaye Frost  rachète les  bassins de décantation de l’ancienne sucrerie. C’est un soulagement pour les amoureux de la nature qui y voient une possibilité de sauvegarder un patrimoine de zones humides plutôt que d’y construire des bâtiments. À partir de cette période, une coopération se fera autour de ces bassins qui reçoivent les eaux usées d’Hesbaye Frost permettant l’irrigation des champs et représentant une aire de repos et de nidification pour un grand nombre d’oiseaux. Hesbaye Frost, Apligeer et Natagora œuvrent ensemble pour préserver cette nature tout en assurant une production de légumes surgelés et en créant des emplois pour la région.

Notre dernière visite chez Hesbaye Frost était commentée par les  délégués syndicaux dont l’un d’eux est responsable de la surveillance de la station d’épuration. Après s’être instruits sur le fonctionnement de la station, les experts de Natagora ont partagé leur savoir sur l’avifaune de la réserve du Haut Geer lors d’une balade. Nous avons pu admirer les bassins regorgeant d’espèces d’oiseaux remarquables. Leurs abords sont entretenus régulièrement par les moutons d’un éleveur et à l’occasion par des bénévoles.

Allez-vous promener dans la réserve du Haut Geer et qui sait, au détour d’un buisson peut-être rencontrerez-vous la panure à moustache ?

 

Total Energy One Tech à Feluy, une délégation qui s’assume.

Pas facile d’être délégué syndical dans une entreprise comme Total dont on ne peut pas dire qu’elle ait bonne réputation quant à la préservation de la biodiversité. Pourtant, Roland assume et ne baisse pas les bras quand il s’agit de s’investir dans une thématique qu’il affectionne tout particulièrement : l’environnement. Un groupe de travail biodiversité a été créé dans l’entreprise dont il fait partie. Dans ce cadre, l’association de protection de l’environnement Natagora a été sollicitée afin de réaliser un état des lieux de la faune et de la flore autour des bâtiments. Suite à cela, plusieurs travaux ont été entamés comme vider l’étang et aménager ses abords. Aujourd’hui, l’étang s’est rempli naturellement avec l’eau de pluie, la vie y est de nouveau abondante, quant aux abords, ils accueillent de nombreuses variétés de plantes. Cela pourrait paraître anodin  au niveau environnemental et social pourtant ça ne l’est pas. D’un point de vue environnemental, il s’agit d’agir afin d’élaborer un maillage entre différentes zones naturelles qui, si elles sont isolées perdent de leur intérêt. Il est essentiel que les espèces trouvent des « couloirs », des chemins, des aires de repos entre ces différentes zones préservées y compris dans des zones d’activités polluées et polluantes. Cela permet non seulement d’œuvrer à une dépollution naturelle mais aussi de densifier le maillage écologique afin que les animaux puissent circuler en comptant sur ces petits « oasis » afin de se protéger, se nourrir, se reproduire, se reposer. D’un point de vue social, il s’agit de créer de la cohésion. Les travailleurs.ses qui en ont émis le souhait ont reçu une formation afin de distinguer les plantes invasives des plantes remarquables, ils peuvent aujourd’hui contribuer à une meilleure gestion des abords de l’étang. Cela permet également de créer des liens entre membres du personnel qui se connaissent peu ou pas.

On leur souhaite une bonne continuation !

La délégation de CRM à Liège prend en main l’organisation des bacs potagers.

 

Les activités de CRM (Centre de Recherches Métallurgiques) sont centrées sur la production, la transformation, le revêtement, l'utilisation et le recyclage des matériaux métalliques. Il y a quelques temps, CRM a décidé dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD) d’obtenir une certification. Parmi les actions à mener, il y avait notamment la mise en route de carrés potagers. Les délégués s’y sont intéressés avec deux objectifs :

 

  • Contribuer au développement des carrés potagers
  • Reconstruire des liens entre les membres du personnel qui se sont étiolés suite aux crises sanitaires

 

Avec l’aide de RISE et de Vent sauvage deux demi-journées ont été consacrées à une introduction à la permaculture et à la mise en route de ces deux carrés potagers. La permaculture n’est pas qu’une « technique potagère » c’est aussi une éthique pour guider l’action.  Ses grands principes sont :

 

  • Prendre soin de la terre
  • Prendre soin des personnes
  • Partager équitablement


Nous avons déterminé ensemble ce qui était nécessaire pour concrétiser le projet au travers de plusieurs questions que le groupe s’est posées telles que : 

Combien de personnes vont participer, quel échéancier, comment s’organiser pendant les vacances, comment arroser, quel matériel disponible, des plantes ou des graines, des fruits ou des légumes, qui entretient, qui peut récolter… ?

Dans un premier temps, les participants ont opté pour des légumes et aromates à déguster pour le casse-croûte. A la fin de la deuxième séance, nous avons planté des légumes et semé des graines dans deux bacs potagers. Deux mois plus tard, trois bacs potagers supplémentaires ont été ajoutés.

Nous leur souhaitons une récolte abondante !

 Retour au sommaire


La Cellule RISE

Le projet RISE (Réseau Intersyndical de Sensibilisation à l'Environnement) a vu le jour en 1996. Soutenu par la Région wallonne, il rassemble la FGTB et la CSC autour de plusieurs objectifs :

  • sensibiliser les travailleurs et leurs représentants à l'environnement ;
  • stimuler la concertation sociale en environnement dans les entreprises ;
  • renforcer la capacité d'intervention des délégués sur les questions environnementales.

RISE vous propose différents outils pour vous aider dans vos actions :

  • des formations sur l'environnement ;
  • un service d'aide auquel adresser vos questions ;
  • un appui sur le terrain ;
  • un site web : https://www.rise.be ;
  • des brochures sur différents sujets relatifs à l'environnement (téléchargeables sur le site) ;
  • une lettre d'information semestrielle.

     Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter    

Cellule RISE du CEPAG
Rue Haute 42 - 1000 Bruxelles

  • Conseillers : Lydie Gaudier, Evelyne Jadoul, Philippe Raway  
  • Secrétariat : Amélie Delporte
  • Contact : 02 506 83 96 - cepag@rise.be
  • Site Web : https://www.rise.be

La Cellule Mobilité

La Cellule Mobilité du CEPAG poursuit trois objectifs principaux :

  • stimuler la concertation sociale en matière de mobilité dans les entreprises ;
  • renforcer la capacité d'intervention des délégués syndicaux sur ces questions ;
  • informer et sensibiliser les travailleurs et leurs représentants aux problématiques liées à la mobilité.

Le travail de la Cellule Mobilité s'organise sur 3 axes principaux :

  • axe 1 - Formation et sensibilisation : des formations, des séances de sensibilisation, la participation aux congrès syndicaux, colloques et événements particuliers (par exemple: la semaine de Mobilité) ;
  • axe 2 - Expériences-pilotes : des actions sur le terrain sous la forme d'expériences-pilotes dans différentes entreprises ;
  • axe 3 - Appui technique aux délégués : brochures, une newsletter électronique, un site Internet, un service d'aide.

     Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter    

Cellule Mobilité du CEPAG
Rue Haute 42 - 1000 Bruxelles

Retour au sommaire

 

 

 

Je souhaite recevoir la newsletter Rise Environnement - Mobilité du Cepag ASBL

 
 

RISE traite vos données personnelles dans le respect du règlement général sur la protection des données (RGPD) et de la loi du 30 juillet 2018 relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement de données à caractère personnel. Dans le respect du principe de finalité déterminée, vos données seront traitées uniquement pour vous tenir informé.e des activités que nous organisons. Si vous ne souhaitez plus recevoir ces informations, vous pouvez nous en informer par retour de mail. Pour plus d’informations sur notre politique de confidentialité, vous pouvez vous rendre à l’adresse suivante : cepag.be/charte-vie-privee ou contacter notre DPO (dpo@cepag.be